LA VILLE NUMÉRIQUE

Vignette de la vidéo Piste de sous-titres Vidéos en relations
<embed src="http://www.sfr.com/sites/all/themes/sfr/swf/player.swf" flashvars="file=http://ncdn-video.sfr.com//itw-nilsaziosmanoff-lecube/video.mp4" width="600" height="335" />

JWplayer | itw-nilsaziosmanoff-lecube

Le 31 / 03 / 11 | Posté par admin
LA VILLE NUMÉRIQUE

"La ville de demain se virtualise de plus en plus" - Nils AZIOSMANOFF, Président du Cube d'Issy-les-Moulineaux.

"La ville numérique de demain, c’est une ville qui à la fois va se densifier de plus en plus,d’ailleurs qui va grimper en hauteur, puisqu’on voit aussi les nouvelles formes d’architecture qui visent des hauteurs de plus en plus spectaculaires,comme on peut voir à Dubaï par exemple avec la tour qui fait presque 900 mètres de haut ; donc c’est à la fois une ville qui se densifie de plus en plus,et c’est à la fois une ville qui se virtualise de plus en plus sous les effets de la révolution numérique.

Donc, cette ville va devenir de plus en plus communicante, relationnelle, interactive, grâce à la fois à des murs écrans qui vont se développer de plus en plus dans la ville, mais aussi grâce à la mobilité des individus qui va s’accroître,qui va s’augmenter de capacités numériques, comme évidemment le téléphone mobile, mais aussi tous les supports mobiles,qui vont nous rendre de plus en plus interactifs avec notre environnement.

Alors en 2011, probablement, de nouveaux services liés au nomadisme,à la mobilité, vont exploser. On l’a vu avec l’arrivée de l’iPhone, qui, d’une certaine manière,est certainement le départ d’une révolution de la mobilité.
Donc, on peut imaginer que les individus vont devenir de plus en plus autonomes grâce à ces nouvelles formes de contenus, de services, qui émergent, et qui sont portées par la convergence à la fois de l’interopérabilité,l’interopérabilité des systèmes, et la convergence des technologies liées à la géolocalisation, le Web 3D, le très haut débit.

Toutes ces technologies qui, en convergeant, font que les individus auront des capacités de plus en plus augmentées dans leur mobilité. Je pense que 2011 va être l’année de la mobilité. L’architecture va de plus en plus évoluer vers des lieux à la fois physiques et des lieux virtuels, c’est-à-dire qu’il va y avoir des extensions virtuelles de l’espace physique.

Et donc, il reste à inventer aujourd’hui à la fois des nouvelles formes d’habitat,des nouvelles formes d’urbanisme, des nouvelles formes de vivre ensemble ; et donc l’architecture va devoir s’imprégner de cette porosité entre le monde physique et le monde virtuel.
On voit par exemple en Asie aujourd’hui des bâtiments qui ont totalement une peau d’écrans,et donc qui deviennent des bâtiments de communication, des bâtiments sensibles, relationnels, qui peuvent communiquer toutes formes de messages,pas simplement de la publicité, cela peut être de la décoration, mais cela peut aussi, pourquoi pas, constituer des portes vers la sphère virtuelle.

Donc, on rentre dans une espèce d’architecture ubiquante,une architecture qui nous met en relation avec la sphère virtuelle ; et à l’intérieur de ces lieux, c’est bien entendu toutes les formes d’interaction qu’on va pouvoir avoir avec cette architecture, qui vont de la domotique, en passant par des œuvres d’art interactives, qui vont rendre le bâtiment extrêmement sensible, poétique.

Tout ça montre bien à quel point aujourd’hui l’écran se banalise dans l’architecture,et comment, une fois cet écran connecté à la sphère virtuelle, va nous donner des architectures interactives, communicantes,augmentées de nombreuses capacités, à la fois spatiales, temporelles, sociales."