Carte blanche à huit lauréats SFR Jeunes Talents

Le 07 / 02 / 12 | Posté par Marie Salmon
Carte blanche à huit lauréats SFR Jeunes Talents

« Paris Les Halles - Regards d’aujourd’hui » du 8 février au 15 mars 2012 

 

  • Au Forum des Halles, sous les verrières de la place Basse niveau -1, -2,-3, du 8 février au 15 mars 2012 
  • A l’Hôtel de Ville de Paris, dans le cadre de l'exposition « Doisneau-Paris Les Halles », du 8 février au 28 avril 2012 

 

Transformations, modifications, changements : rien de plus passionnant que le moment de la transition, lorsque le « autrefois » a déjà disparu et que le « à venir » n’existe pas encore, dans une parenthèse, un éphémère équilibre, où la vie continue - autrement.
Un cas d’école : les Halles de Paris pendant le chantier d’amélioration du site. Un champ ouvert à l’expérimentation photographique, une occasion unique de saisir la ville en train de se régénérer, l’espace public en mutation.
A l’instar d’un Robert Doisneau revenant sans cesse visiter les Halles Baltard et prendre leur pouls, huit lauréats SFR Jeunes Talents ont travaillé sur une carte blanche pendant un mois.

Partenaire de la Mairie de Paris, SFR a permis à ces huit photographes sélectionnés, via le programme SFR Jeunes Talents, de travailler en tutorat avec Patrick Tourneboeuf - du collectif Tendance Floue - sur ce projet. Sous la conduite du parrain du programme, les lauréats ont effectué un travail artistique et documentaire sur le thème : « Les Halles de Paris - Pendant les travaux, la vie continue ». Ils ont traité des multiples facettes du quartier et de la vie du Forum des Halles pendant les travaux.
Ce travail donne lieu à une exposition qui sera accueillie au Forum des Halles du 8 février au 15 mars.

Emilie Arfeuil
pratique, depuis ses 15 ans, la photographie en autodidacte. Elle expose dans des festivals et galeries.

Derrière les portes
 Le matin dès 7 heures, l’équipe de nettoyage s’active pour préparer le Forum avant l’ouverture des commerces. Les Halles sont étrangement vides, le travail est solitaire et silencieux. Chaque employé a une tâche bien précise qui lui est assignée dès son arrivée : nettoyage des sols, vitres, escalators, parking, poubelles, sculptures et cour centrale au jet d’eau, machine, chiffon, balai, de la porte Lescot à la porte Rambuteau. Derrière les portes de service, c’est un autre Forum qui se dévoile, vétuste et sombre, où les travailleurs, durs à la tâche et appliqués, immigrés discrets et braves, accomplissent sans rechigner leur besogne quotidienne.


Carlos Ayesta
, originaire du Venezuela, fait partie du Collectif de photographes Trois 8, avec lequel il travaille pour des projets artistiques et de communication.

(Re) Nouveau départ… 
Depuis 18 mois, Mustapha vit dans les entrailles des halles. Le soir, il s’endort discrètement dans un des recoins du parking du centre commercial. Parenthèse de vie, chagrin d’amour, rupture conjugale. Depuis des mois, il mène une vie d’ermite. Ses journées passent en lisant, en téléphonant à ses enfants et en observant les passants. Il regarde sans être vu. A force de détermination, il vient de trouver un travail et un logement. Il reprend contact avec ses proches, à son rythme. Cette série marque la fin de cette période trouble et en quelque sorte, un nouveau départ, une (re)naissance… Hasard ou coïncidence, la vie de Mustapha a basculé au moment où les Halles se transformaient. 


Arno Brignon, adepte de l'argentique en N&B, pratique une photographie d'auteur, intuitive, émotive d'inspiration documentaire. Il vit à Toulouse.

6 feet under… Les Halles, temple de la consommation, sont en reconstruction... mais si strass et paillettes n’étaient qu'un prétexte à l'errance ? Dessus, dessous, sans dessus ni dessous, des centaines de couloirs où s'entrecroisent des milliers de vies d'ici, du bout du monde ou encore d'une ville de la ligne B. Certains passent là où d'autres vivent... Eux tiennent les murs de la gare RER, se régalant de cette pièce de théâtre qui se joue en continu sous leurs yeux. Je me joins à eux dans ce lieu sinistre, qui est aussi celui de tous les possibles, de tous les rêves : des plus mercantiles aux plus romantiques. Ce voyage dans les veines du cœur de Paris me donne à voir la société dans laquelle je vis. A force d'errances dans ce labyrinthe, j'en viens à me demander dans quel couloir se trouve le meilleur de l'homme...


Ezio d'Agostino fait partie de Documentary Platform, une structure d'archives visuelles du territoire et de la société italienne. Il est multiple lauréat du programme SFR Jeunes Talents.

Alphabet / Les Halles 1979 – 2011 : Dans l'horloge biologique du lieu, je regarde les secondes, plutôt que les heures. J'écoute les derniers grains glisser dans le sablier. Le temps est presque épuisé, plusieurs traces se sont accumulées, il faudra des espaces nouveaux, des formes nouvelles, une nouvelle page blanche, de nouvelles traces pour la remplir. Je recherche la langue des signes créée par cet espace, l'alphabet visuel dans lequel le lieu a écrit son histoire, son autobiographie commencée il y a 32 ans. Je note les mots, les voyelles, la ponctuation, les vers écrits sur ces feuilles en pierre, verre et ciment. Je catalogue les vestiges d'un lieu en route vers son passé.


Antoine Katarzynski débute en photographie à 15 ans. Il parcourt durant deux ans les rues de Paris pour réactualiser l’œuvre humaniste d’après-guerre en puisant dans un trésor caché de la ville : la scène de rue.

Visages de marque… Les Halles, plus grand centre commercial souterrain d’Europe, est avant tout un lieu de passage et d’échange. Chaque jour, des milliers de personnes s’y croisent, des milliers d’anonymes y viennent s’approvisionner parmi les nombreuses enseignes implantées sur le site. La présente série, composée de quinze photographies, se propose d’isoler ces personnages avec leur sac de courses. Les portraits, volontairement spontanés, s’inscrivent pleinement dans le cadre des Halles qui, malgré leur reconstruction, demeure sans conteste le nerf commercial de Paris.


Guillaume Martial a une démarche qui allie dimensions sociale, humaine et contemporaine pour converger vers une seule finalité : créer du sens.

Metropolis : Paris Les Halles 2012, changement de décor. L'architecture historique laisse une nouvelle fois place au moderne, à la ville futuriste. Pendant cette mutation, Metropolis continue d'engloutir ses milliers d'individus sur de multiples niveaux souterrains. Mais étonnamment, dans ces photographies, l'humain est individualisé ou suggéré comme pour mieux parler de sa condition. Guillaume Martial crée des décors dans lesquels surgissent des personnages surréalistes, parfois en décalage avec l'environnement. Il dresse une vision irréelle, absurde, parfois burlesque du monde dans lequel nous vivons. Comment s'exerce le rapport entre l'humain et son espace urbain ? Entre réel et fiction, le trouble s'installe dans ces photographies aux allures de plan-séquences cinématographiques.


Stefan Mihalachi fait un travail photographique urbain et moderne. Il possède une parfaite maîtrise des contrastes entre ombres et lumières.

Les anonymes des Halles… Au Forum des Halles, j'ai commencé mes photographies à l'extérieur, autour des palissades qui cachent le chantier et dans les rues qui lui sont adjacentes, en mettant l'accent sur les passants. Je me suis installé à la sortie de la Porte Lescot.  J'aime imaginer cet endroit comme une scène dont je suis le spectateur. Des curieux essayent de regarder le chantier à travers les grillages de la palissade. Certains se dépêchent, d'autres s'arrêtent un instant pour regarder le nouveau décor. J'observe les interrogations  qui apparaissent sur les visages et les gestes désorientés des passants. Il y a ceux qui ignorent le chantier et ceux qui tracent. Les gens continuent d'aller et venir, ce n'est pas le chantier qui va arrêter le cours de leur vie. Le chantier ce n'est que l'expression d'un chaos temporaire dans la vie d'une ville. Les gens acceptent ce chaos, cet enfer, s'adaptent et continuent d'avancer vers leur devenir.


Julien Raout développe une recherche autour de la problématique de l’abandon, de la trace de ce qui a été, jusqu’à la solitude.

Caché Le renouveau du quartier des Halles s'amoncelle discrètement dans un fourmillement paradoxalement dense. Comme dans l'attente d'une naissance, ce chantier grandit, protégé des regards par cette enveloppe métallique. Il s'agit alors de promener une vision sur ce qui, pour l'heure, nous oblige au contournement. Dans un parcours de vie modifié, j'ai arpenté les chemins autour de cette barricade rendus invisibles par la quotidienneté et l'affluence. Dans un flux constant, un espace semble en suspend. Cette barrière adossée à l'équivalent d'une frontière, marque une rupture, et relaie à l’état de carcasse les édifices en instance de disparition. Dès lors, ce rideau quasi chirurgical s'est révélé comme un pont entre la vétusté du lieu et sa promesse de réhabilitation. Une photographie, comme pour célébrer ce qui empêche la vue, redorer ce qui annihile notre champ de vision, témoin d’un bouleversement en quasi censure.

Cette exposition est proposée par SFR, le Forum des Halles et la Mairie de Paris. 



A propos du Forum des Halles -
 www.forumdeshalles.com

Logo forum des Halles

Centre commercial métropolitain au cœur de Paris, le Forum des Halles regroupe le meilleur des enseignes shopping, culture et loisirs. Il accueille chaque année plus de 41 millions de visiteurs, ce qui en fait l’un des centres commerciaux les plus fréquentés d’Europe.

A l’heure du lancement du projet de réhabilitation du quartier des Halles, le Forum des Halles souhaite plus que jamais proposer à ses clients et visiteurs une programmation évènementielle riche et inédite. C’est dans ce contexte que le Forum des Halles accueillera l’exposition « Paris Les Halles – Regards d’aujourd’hui », en résonnance avec l’exposition « Doisneau – Paris Les Halles » proposée par la Maire de Paris.

Le Forum des Halles est ouvert du lundi au samedi, de 10h à 20h.
Restaurants et cinémas ouverts le dimanche.

Métro : Les Halles ou Châtelet / RER : Châtelet Les Halles 



A propos de SFR Jeunes Talents - 
www.sfrjeunestalents.fr 

Depuis 2006, SFR propose un programme pluridisciplinaire d’accompagnement à trois communautés : les artistes, les sportifs et les entrepreneurs. Le programme SFR Jeunes Talents constitue un tremplin pour chacun d’entre eux. Il vise à faire valoir une idée, un projet, une vocation pour les aider à franchir les étapes clés de leur parcours. SFR conseille les Jeunes Talents, leur permet d’accéder à un réseau de professionnels et d’experts dans chaque domaine (Musique, Photographie, Ski Freestyle, Entrepreneuriat Social et Start Up). Il leur donne également accès aux plus grandes scènes, expositions et compétitions. Avec ce programme, SFR se mobilise en faveur des artistes, entrepreneurs et sportifs, et leur donne une chance de mettre en œuvre leurs projets.

SUIVEZ-NOUS