Les ondes-radio : dialogue et responsabilité

Le 28 / 07 / 16 | Posté par redacteur
Les ondes-radio : dialogue et responsabilité

Scientifique, sanitaire, politique, social, médiatique… Le sujet des ondes radio et de la santé associe plusieurs dimensions et concerne différentes catégories d’acteurs. Il mobilise SFR depuis plusieurs années autour de deux principes : dialogue et responsabilité.

 

Assumer ses devoirs d’entreprise responsable.

  • A l’intérieur du cadre qui est défini par l’Etat et les autorités sanitaires, SFR s’attache à remplir ses obligations d’entreprise responsable à travers deux types d’actions.
  • En plus de la réglementation, SFR applique des engagements volontaires : promotion des recommandations des autorités sanitaires (kit oreillette…), Guide signé avec l’Association des Maires de France ou chartes locales pour le déploiement des antennes-relais.
  • SFR mène des actions d’information et de dialogue tant sur les téléphones mobiles que sur les antennes-relais, en relayant les positions du Ministère de la Santé et de l’OMS, sans prendre lui-même position au plan sanitaire.

 

Sur le sujet des ondes radio et de la santé, SFR agit soit en direct lorsqu’il s’agit par exemple de l’information de ses collaborateurs ou de ses clients, soit à travers le Collège Mobile de la Fédération Française des Télécoms (FFT, ex-AFOM ou Association Française des Opérateurs Mobiles).

SFR considère que sa responsabilité d’entreprise est aussi de contribuer à l’avancée des connaissances scientifiques sur les ondes radio et la santé. SFR participe ainsi, depuis 2005, au financement de la recherche dans le domaine des radiofréquences et de la santé : participation au financement de la Fondation d’utilité publique Santé et Radiofréquences, financement de thèses en dosimétrie en partenariat avec des organismes de recherche publics tel que le CNRS et, depuis 2011, contribution au financement des études pilotées par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) via le mécanisme mis en place par les pouvoirs publics. Ainsi, SFR, comme tous les opérateurs de réseaux, alimente un fonds public en payant une taxe (dite taxe additionnelle à l’Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau -IFER-).   


Lien vers :

SUIVEZ-NOUS