[Players] Sagesse numérique

Le 06 / 11 / 12 | Posté par la rédaction de SFR PLAYER
[Players] Sagesse numérique

Pour Marc Prensky*, il est temps d’étendre le champ de notre esprit, de l’améliorer et de le développer en l’associant intimement aux technologies du XXIème  siècle.

En cette époque où les cultures et les sociétés humaines se transforment de manière exponentielle, nous avons tous besoin d’accroître nos capacités pour pouvoir nous adapter et nous développer. C’est déjà possible grâce aux technologies numériques, et elles peuvent continuer à faire de nous des êtres meilleurs et plus libres… mais seulement si nous le leur permettons.

Combinaison

La sagesse numérique, c’est la capacité à trouver, dans chaque situation, la meilleure combinaison possible entre ce que les humains et ce que les machines font le mieux. De la même manière qu’il a fallu, et qu’il faut encore parfois, lutter pour exploiter avec sagesse les technologies dangereuses que sont le feu, l’électricité ou l’énergie atomique, nous devons aujourd’hui trouver la voie de la sagesse concernant les technolo­gies numériques.

Alors que nous pouvons confier à des machines de plus en plus de tâches que nous exécutions jusqu’alors mentalement – calcul, analyse, création de liens entre des livres ou des idées –, l’une des grandes questions qui se posent à nous est celle-ci : que laissons-nous à notre esprit, et que déléguons-nous aux machines ?

L’empathie et la passion, par exemple, sont clairement, jusqu’ici, des traits exclusivement humains ; mais est-ce que ce que nous appelons pensée l’est vraiment ? Grâce à ses capacités excep­tionnelles qui lui permettent de traiter et d’associer plusieurs types d’infor­mation de diverses manières, l’ordina­teur Watson d’IBM est déjà capable de penser « mieux » que les humains pour certaines tâches. Elles sont peut-être primaires, mais ce n’est qu’un début. La version 1 annonce des milliers ou des millions d’autres. Pour prendre les meilleures décisions possibles dans ce nouveau contexte, il nous faut apprendre à identifier et à associer, d’une part, les avantages de la pensée et de l’expé­rience humaines qui sont impossibles à déléguer et, d’autre part, les potentialités qui sont propres aux machines ou pour lesquelles elles sont bien meilleures ou bien plus rapides que nous.

Monde amélioré

Cette sage symbiose des esprits et des machines, cette sagesse digitale, exige de la part des humains une attitude nouvelle, qui ne se concentre pas seule­ment sur les aspects perçus comme néga­tifs ou dangereux de la technologie, mais plutôt sur le partenariat que nous créons avec la technologie dans tout ce que nous faisons. Certains dangers existent bel et bien, et nous devons être vigilants ; mais ils sont minimes comparés à tous les avantages que représente un monde amélioré numériquement.

Nos jeunes les plus intelligents ont déjà adopté ce point de vue. « Vous consi­dérez la technologie comme un outil », m’a dit l’un d’eux. « Nous, nous la voyons comme une base, qui sous-tend tout ce que nous faisons. » Nous devons tous parvenir à partager cette attitude – cette sagesse numérique –, dans le futur, si nous voulons réussir. Rejeter ce nouveau partenariat, refuser de recher­cher la sagesse numérique dans tout ce que nous faisons, nous rendra non pas plus, mais moins humains.

 

* Digital natives et digital migrants sont des termes couramment employés dans les médias que nous devons à Marc Prensky. Cet auteur et grand orateur travaille sur des problématiques liées à l’éducation et à l’apprentissage. Ses ouvrages, comme Teaching Digital Natives (2010, Corwin Press) ou encore Digital Game-Based Learning (2000, McGraw-Hill) ont pour thème central l’éducation à l’ère du numérique.


> Retrouvez cet article dans le numéro 9 de SFR PLAYER "Travail connecté, mutation en cours !"