[Players] Danah Boyd, la sociologue anti-idées reçues

Le 14 / 10 / 12 | Posté par la rédaction de SFR PLAYER
[Players] Danah Boyd, la sociologue anti-idées reçues

Danah Boyd est une sociologue américaine spécialiste des réseaux sociaux, de leur utilisation par la jeune génération et chercheuse à la Microsoft Research New England. Son nom s’est inscrit définitivement parmi les figures les plus influentes en matière de nouvelles technologies. Découvrez 3 de ses idées les plus  iconoclastes… voire provocatrices. Bienvenue dans l’univers numérique de Danah Boyd.

Les jeunes développent de vraies compétences sur les réseaux sociaux –  Extrait d’un article publié dans Electron Libre.

« Plus que tout, cela dépend si leurs amis y sont aussi car il s’agit d’action collective. Les adolescents vont, en masse, vers les lieux où ils peuvent socialiser, suivre leurs pairs, échanger des ragots, flirter, stalker. Ils sont particulièrement attirés par les espaces « cool ». Ils y apprennent à être sociables. On écarte souvent les compétences sociales considérées sans importance, mais en réalité elles sont absolument indispensables pour réussir dans notre culture aujourd’hui. Dans votre travail, par exemple, combien d’interaction avez-vous avec les autres ? Il vous faut désormais savoir équilibrer les dynamiques sociales au bureau, communiquer par écrit et oral, et de manière générale savoir « connecter », créer du lien. C’est le cas pour beaucoup d’emplois. C’est le cœur des social skills, des compétences sociales que nous apprenons par l’expérience. Les jeunes ont tendance à explorer beaucoup plus que les adultes, à prendre des risques pour découvrir de la nouveauté, plus préoccupés par ce qu’ils peuvent y gagner qu’y perdre. Les adultes sont, à l’inverse, préoccupés par la manière dont une technologie spécifique change les choses et ils ont du mal à envisager les opportunités qui vont avec. C’est en partie parce que les jeunes n’abordent pas la technologie avec beaucoup de présomption sur la façon dont le monde est censé fonctionner. »

La Génération Y n’existe pas – Extrait d’un article publié dans Owni

« La Génération Y n’existe pas. C’est de la bouillie marketing. Il existe sans aucun doute des périodes dans la vie où des tranches d’âge partagent les mêmes découvertes et une actualité commune. En revanche, il ne s’agit pas d’une génération au sens où les gens l’entendent : on généralise beaucoup trop. La Génération Y n’est en fait qu’une petite partie des jeunes actuels, celle que les spécialistes du marketing doivent atteindre. »

Echanger avec des inconnus est vivement recommandé – Extrait d’un article publié dans Owni

« J’ai observé l’agitation autour de Chatroulette depuis pas mal de temps maintenant, mais je ne me suis jamais sentie à l’aise pour en parler en public. Je déteste avoir affaire à la foule en colère mais surtout, j’ai du mal à répondre à leurs craintes parce que je trouve ce site très attachant. Chatroulette me rappelle de nombreuses bizzareries d’Internet avec lesquelles j’ai grandies. Je ne peux pas vous dire à quel point ça a été formateur de grandir en parlant avec un tas d’inconnus. Ce qui me fait me sentir plutôt déprimée à chaque fois que j’entends des gens parler des dangers liés au fait d’entrer en relation avec des inconnus. Les inconnus sont ceux qui m’ont aidée à devenir ce que je suis. Les inconnus m’ont appris un monde différent de celui que je voyais dans mon petit village. Je déteste cette propension à considérer l’inconnu comme fondamentalement mauvais. Est-ce que j’ai rencontré des gens bizarres sur Internet ? Bien sûr ! Je pense que la façon dont fonctionne Chatroulette permet de passer à autre chose beaucoup plus facilement, avec beaucoup moins de culpabilité et plus confortablement. J’aime le fait qu’il y ait encore un petit pourcentage de gens qui cherchent à s’amuser parce qu’ils s’ennuient et qu’ils souhaitent se connecter avec de l’aléatoire, des gens qui connaissent cette joie que procure la rencontre d’inconnus. Je sais bien que cela implique la probabilité de voir des choses assez dégueulasses et problématiques et je ne veux pas le cacher. Je suis très amusée par Chatroulette mais également déprimée parce que je comprends que beaucoup de monde fera le choix de rester à l’abri plutôt que de comprendre et apprendre à s’éloigner lorsque les choses deviennent étranges. Notre isolement social a un coût, et je crains que ça ne soit à nous de payer pour les générations futures. Et cela mérite un gros soupir… »

> Retrouvez Danah Boyd dans le numéro 5 du magazine SFR PLAYER

> Découvrez le blog de Danah Boyd