[PLAYERS] Marcel Lebrun, Professeur en sciences de l'éducation

Le 25 / 09 / 13 | Posté par la rédaction de SFR PLAYER
[PLAYERS] Marcel Lebrun, Professeur en sciences de l'éducation

Ce professeur en sciences de l’éducation à l’université catholique de Louvain est devenu un expert en pédagogie inversée, dernière tendance en matière d’éducation via le numérique.


Pouvez-vous nous expliquer le principe de la flipped pedagogy ou pédagogie inversée ?

C’est une idée popularisée vers 2009 par deux professeurs de chimie d’un lycée américain. Ils en avaient assez d’avoir des élèves passifs et ils ont décidé de mettre des morceaux de leurs cours sur YouTube. Cela a remotivé les élèves. L’idée de la pédagogie inversée, c’est de mettre l’élève dans une posture d’apprentissage chez lui, via des vidéos, des sites web ou des exercices en e-learning. Et de réserver la classe aux débats, aux échanges, à des expériences collectives, et à la retransmission des connaissances par les élèves eux-mêmes.

 

Qu’apporte cette nouvelle forme de pédagogie ?

C’est une méthode qui convient mieux aux jeunes. À la maison, l’élève va à son rythme, revient sur certains passages, fait des pauses. L’utilisation de ces outils développe de multiples compétences, la capacité à aller chercher l’information, à la vérifier, à la synthétiser. En classe, les élèves améliorent leur prise de parole, organisent les débats. Cette méthode prépare bien les jeunes à la société qui les attend, car la plupart vont exercer des métiers qui n’existent pas actuellement, et en changeront plusieurs fois dans leur vie.


Quels sont les obstacles à la mise en oeuvre de la pédagogie inversée ?

Ce n’est pas une affaire d’outils mais plutôt une question de mentalité. Nombre de professeurs sont inquiets car ils ont peur de ne plus contrôler leurs classes, de perdre leur rôle de transmetteur de connaissances. Certains aussi ne font pas confiance aux élèves, pensent qu’ils ne feront pas le travail nécessaire à la maison.