[PLAYERS] François Jarraud, professeur et rédacteur en chef du café pédagogique

Le 24 / 09 / 13 | Posté par la rédaction de SFR PLAYER
[PLAYERS] François Jarraud, professeur et rédacteur en chef du café pédagogique

« Notre modèle d’école n’est plus en phase avec la société. » François Jarraud, professeur et rédacteur en chef du Café pédagogique.

Avec un million de pages vues par mois, Café pédagogique est devenu une référence au sein de la communauté éducative. Son rédacteur en chef nous livre ses vues sur l’éducation numérique à la française.

Qu’est-ce qui fait que la France est à la traîne en matière de numérique à l’école ? Les obstacles sont-ils de l’ordre des moyens, des mentalités, des usages… ?

En termes d’équipements informatiques, la France est en retard pour le primaire, mais pour le secondaire, elle est dans la moyenne. C’est en matière d’utilisation pédagogique des outils numériques que la France est en queue de liste. Les inspecteurs et les chefs d’établissement sont souvent des freins à ces initiatives. Il existe aussi un problème de mentalités. Beaucoup d’enseignants pensent que ces technologies ne sont pas rentables pour les élèves, dans le sens où elles ne vont pas les aider à avoir de meilleures notes au bac ou au brevet. Et cela n’est pas faux, puisque ces examens reposent avant tout sur la mémorisation de connaissances. Cela montre bien que notre modèle d’école n’est plus en phase avec la société.

Que faudrait-il faire pour accélérer les choses ?

Soutenir les initiatives locales. École numérique rurale, le seul plan numérique gouvernemental qui ait vraiment marché, fonctionnait de cette manière, en attribuant des subventions à des projets proposés par des enseignants, avec l’aval du chef d’établissement. Je crois aussi que les différents acteurs devraient se parler davantage.

Quel est le rôle du Café pédagogique dans cette révolution numérique à l’école ?

Nous avons lancé le Tour de France du numérique pour l’éducation, qui consiste à organiser des rencontres dans différents départements entre tous les acteurs concernés : enseignants, représentants des académies et des collectivités, fournisseurs de logiciels ou d’équipements pour la classe… Une vingtaine de rencontres ont déjà eu lieu. Sans ce genre d’événements, ces acteurs ont peu d’occasions de se parler. Nous organisons également depuis six ans un forum qui rassemble chaque année cent professeurs innovants sélectionnés sur dossier, afin de faire émerger de nouvelles initiatives pédagogiques.

Comment fonctionne la rédaction du Café ?

Je travaille à plein temps pour le Café pédagogique depuis deux ans. À mes côtés, une quarantaine de professeurs participent bénévolement à ce projet. Nous couvrons toute l’actualité du monde de l’éducation et de la pédagogie. Au total, nous comptons un million de pages vues par mois, et notre newsletter est envoyée à 230 000 personnes. Actuellement, c’est sur les réseaux sociaux – nous avons 11 000 abonnés sur Twitter – que nous nous développons le plus. Côté financements, nous fonctionnons grâce à la cotisation de nos membres et grâce au mécénat.