[Players] Le numérique au service de la transparence des ONG

Visuel Chronique 600X335
Le 12 / 09 / 12 | Posté par Mickael Soria
[Players] Le numérique au service de la transparence des ONG

Moins de la moitié des Français font confiance aux associations dans leur gestion des dons qu’elles reçoivent et les relations entre citoyens et ONG sont plutôt moroses sur ce plan-là en France1). Progressivement, les associations les plus innovantes, comprennent l’importance d’Internet et des réseaux sociaux, non seulement pour agir et informer, mais aussi afficher plus de transparence sur leurs activités et leur gestion. Pour rétablir la confiance, les nouvelles technologies offrent un éventail d'outils performants, encore faut-il s'en emparer !

En France, toute association doit, sur simple demande, rendre sa comptabilité accessible. Mais avant internet, la procédure était rare : les donateurs – ou futurs donateurs – ne faisaient pas l'effort de demander ces documents…Il est désormais possible de publier le détail des comptes et des activités de son ONG, sans impression coûteuse et gaspillage de papier. De quoi rassurer les citoyens les plus vigilants qui peuvent désormais vérifier en un clic le sérieux d'une organisation. Et le simple fait de savoir que ces documents sont librement consultables suffit parfois à apaiser les donateurs.

Outre-Atlantique, certaines organisations l'ont bien compris et ont fait preuve d'imagination pour rendre leurs données faciles d'accès et compréhensibles, à l'aide des nouvelles technologies. Avec en tête de file Charity:Water, une ONG consacrée à l'eau, qui met un point d'honneur à rendre des comptes à ses donateurs. Avec son initiative Dollars to projects, elle leur permet de suivre précisément la destination de chaque dollar. Sur le terrain, ses membres publient régulièrement des comptes-rendus sur l'état de chaque point d'eau activé, à grand renfort de photos, de témoignages, de cartes interactives et de chiffres. Cette politique de la transparence « par la preuve » a permis à l'ONG de récolter plus de 250.000 dons en 5 ans et de fournir de l'eau potable à plus de 2 millions de personnes dans 19 pays.

Démarche similaire, mais encore plus poussée, pour l'organisation de santé PSI. En partenariat avec Facebook et Unilever, elle a mis en place l'application Waterworks, qui permet aux internautes de financer des travailleuses de l'eau équipées de smartphones. Au quotidien, elles rendent compte de leurs actions à leurs donateurs à l'aide de photographies et de vidéos directement envoyées sur Facebook. Une façon pour PSI de balayer une critique récurrente des projets humanitaires : celui du coût des intermédiaires, parfois mal compris et accepté par les donateurs.

Les ONG ne sont pas les seules à se servir des nouvelles technologies pour promouvoir la transparence et, par extension, le don. En mai dernier, l'Etat du New Jersey a lancé une application mobile, intitulée Charity Lookup, délivrant les informations financières des 26.000 associations habilitées à récolter de l'argent sur son territoire. Un projet inspiré de l'Etat de Washington qui, en 2010, avait lancé un service similaire. A quand l'équivalent en France ?

Ciquez ici pour en savoir plus 

Ecrit par Morgane Tual et Angela de Santiago, journalistes chez Youphil

En savoir plus sur Angela :

 Co-fondatrice de Youphil, Angela de Santiago conseillait auparavant les grandes entreprises dans leur politique de Mécénat. Associée à Jean-Marie Colombani, elle a créé ce  média en ligne afin de décrypter l’actualité du monde de l’engagement sous toutes ses facettes, qu’il soit associatif, humanitaire, philanthropique entrepreneurial ou politique.