[Players] Décrypter les nouvelles tendances de la conso en ligne

Vignette de la vidéo Piste de sous-titres Vidéos en relations
<embed src="http://www.sfr.com/sites/all/themes/sfr/swf/player.swf" flashvars="file=http://ncdn-video.sfr.com/itw-oudghiri4/video.mp4" width="600" height="335" />

JWplayer | itw-oudghiri4

Le 20 / 07 / 11 | Posté par Arnaud Recule
[Players] Décrypter les nouvelles tendances de la conso en ligne

Remi OUDGHIRI est en charge de la prospective du consommateur à l'institut de sondages Ipsos.  

Sous la forme d’observatoires de suivi des modes de vie et de consommation, il supervise de nombreuses études prospectives sur des thématiques très diverses: nouvelles technologies, génération Y, évolution des mobilités, développement durable, rôle de la beauté dans la société, rapport au vieillissement, tendances alimentaires… Expert en prospective, Rémy OUDGHIRI intervient de façon transversale pour apporter un éclairage sur l’évolution des consommateurs. Depuis quelques années, il a développé plusieurs méthodologies visant à traduire en insights les enseignements issus des études prospectives.


------------------------

"Je m'appelle Rémy Oudghiri. Je travaille chez Ipsos. C'est une société d'études et présente dans 66 pays. C'est donc une société internationale. Je m'occupe de la Prospective, donc toutes les nouvelles tendances qui naissent, nous les suivons autant d'un point de vue qualitatif que quantitatif.
Nous devons mesurer ce que nous identifions. Il existe de nombreuses méthodes : l'ethnographie, où nous suivons les gens dans la rue, des entretiens qualitatifs en profondeur, des focus groups
mais aussi des études de sondages par téléphone dans la rue, et de plus en plus en ligne. C'est vraiment la tendance actuelle. Nous regardons très précisément la technologie parce qu'elle est au cœur des évolutions, Principalement au niveau des Smartphones, la diffusion des Tablets etc...
On entre dans la société de connexion généralisé, et un de nos objectifs est d'anticiper les usages et comportements actuels émergeants ainsi que ceux qui seront diffusés demain.
Une des forces d'Internet est de mettre en contact les gens entre eux. Un phénomène important est la crise économique qui sévit encore dans beaucoup de pays.
Les Etats-Unis notamment amplifient une tendance d'antan : l'échange ou le troc. C'est un phénomène incroyable.
On s'habitue à l'échange quand on a plus moyen de les acheter. Cela a débuté avec la culture peer-to-peer pour la musique, les films, etc...
Cela se généralise maintenant aux biens de consommation, tels les habits, les jouets, le matériel électro-ménager, les meubles,... Bref, tout s'échange.
Dans un autre registre, il y a le vide-dressing, avec des séances organisées régulièrement.
On y constate un échange entre personnes, mais parfois aussi financier. Vivons-nous la fin d'une consommation matérielle et une dématérialisation?
Ce que Jeremy Rifkin avait appelé, fin des années 90, l'âge de l'accès. Jeremy Rifkin a probablement 50 ans d'avance. On voit à peine émerger ce qui est écrit dans son livre.

Il y a le phénomène du Vélib'à Paris, ce concept a beaucoup de succès. On achète plus le vélo, on le loue. On ne paie que ce qu'on loue. Autolib' arrive maintenant également. Les sites de location sont en plein essor. C'est très vrai pour les produits de luxe, souvent inaccessibles, mais qui vont pouvoir être loués lors de circonstances exceptionnelles. Ces choses se développent de plus en plus. Il y a une accoutumance à la location qui monte davantage, on le voit. Néanmoins, comme le soulignait Rifkin, les gens ont toujours le besoin de possession, y compris les plus jeunes. Certes, la technologie change de façon radicale.

Qui aurait penser qu'en l'espace de deux ans, plus de la moitié des gens aurait un Smartphone. Ce n'est pas encore totalement le cas, mais ça va l'être. Dans deux ans, tout le monde en aura un. Cela veut dire que les gens auront la possibilité d'être connectés en permanence dans tous les lieux possibles. Hillary Clinton a dit l'an dernier, que le droit d'être connecté, devrait être reconnu comme un droit de l'homme. C'est une phrase très forte, mais très juste et qui dit une vérité : « si vous n'êtes pas connecté aujourd'hui, vous n'existez pas ».