[PLAYERS] Butterfly Effect, la start-up des applis mobiles solidaires

Le 26 / 06 / 13 | Posté par la rédaction de SFR PLAYER
[PLAYERS] Butterfly Effect, la start-up des applis mobiles solidaires

Fondée par trois anciens étudiants de l'INP Grenoble, Butterfly Effect est une toute jeune agence consacrée aux applications mobiles solidaires. En lien avec des associations, elle développe des solutions mobiles pour les aider à communiquer et collecter des dons. Explications avec Bastien Siebman, fondateur associé de Butterfly Effect.

D'où est venue l'idée de Butterfly Effect ?

Nous étions tous les trois étudiants en école d'ingénieurs et nous participions à un concours d'applications mobiles, ID'Mobile. Nous avons eu l'idée de créer un annuaire d'associations permettant de leur faire des dons. Ce fut l'occasion de rencontrer de nombreuses associations, qui ont trouvé notre projet pertinent. Nous avons remporté le concours et nous avons donc décidé de continuer dans cette voie, de nous lancer pour de bon.

Pourquoi se consacrer aux questions de solidarité ?

C'est d'abord une question d'affinités. Et c'est un secteur avec de nombreux challenges intéressants. Pour nous, c'est plus stimulant de développer une application pour inciter au don, qu'une application marchande classique. On ne voulait pas être une énième agence de développement d'applis, ça ne nous intéressait pas.

Vos applications répondent-elles à un besoin réel des associations ?

Les dons ont tendance à diminuer, car les donateurs traditionnels vieillissent. Le but des associations est désormais de renouveler leurs donateurs en touchant les jeunes. Pour cela, elles ont besoin de passer par des outils innovants, et notamment par le mobile. Bientôt, la moitié du trafic internet mondial se fera sur mobile, les associations doivent donc s'y préparer.

Où en sont les associations françaises avec le mobile ?

Les grosses associations, comme WWF ou la Croix-Rouge, ont développé leurs propres applications, car elles disposent de budgets digitaux assez importants. Elles étaient d'ailleurs les premières à s'équiper d'un site web. Les associations plus petites ont mis du temps à venir sur internet, le mobile est la prochaine marche. On essaie d'évangéliser, de leur expliquer que si elles n'ont pas d'applications mobiles, elles doivent au moins faire en sorte que leur site s'adapte sur mobile. Etant donné leur budget, elles se tournent davantage vers des outils plus génériques, comme l'application Mobile for Good, que nous avons développée en partenariat avec Mail for Good. C'est un annuaire pour découvrir des associations par thème ou zone géographique et leur faire un don.

Parmi les applis que vous avez développées, laquelle préférez-vous ?

Celle qui marche le mieux est Cardio Info, créée pour la Fédération Française de Cardiologie. Elle comprend deux parties. La première se concentre sur l'information et la sensibilisation : on y trouve des conseils pour prendre soin de son cœur et un questionnaire pour faire le point sur sa santé cardiaque. L'autre partie est un service de « runraising », qui permet de collecter de l'argent en courant. Quand on part faire un footing, il suffit de l'activer et elle suit votre parcours par GPS. Pour chaque kilomètre parcouru, un partenaire de l'association fait un don. En six mois, plus de 7.500 euros ont ainsi été collectés sur 1.000 courses.

Les associations ont dû se mettre à internet, aux réseaux sociaux, maintenant sur mobile... Qu'est-ce que cet outil leur apporte de plus ?

Etre présent sur mobile, c'est d'abord être accessible au plus grand nombre. Mais le mobile permet aussi de créer des interactions avec les donateurs lors d'événements comme un festival. En affichant des QR codes par exemple, il est possible pour les donateurs de faire des dons depuis ces événements. Les alertes push permettent aussi de les relancer, de les pousser à interagir avec l'application de l'association. C'est assez efficace, car une alerte push est traitée dans la foulée, contrairement à un mail. Enfin, quand le don par SMS sera autorisé, cela générera des dons plus nombreux et spontanés.

 

http://butterflyeffect.fr