[Tendance] Des "chances" qui donnent un nouveau visage à la philanthropie

Le 14 / 05 / 12 | Posté par Cécile Chapron
[Tendance] Des "chances" qui donnent un nouveau visage à la philanthropie

Le monde, en mieux. SFR PLAYER vous invite, pour ce numéro spécial "Faisons du numérique une chance", à découvrir ces "chances" qui, à travers des sites web, des applications et parfois des jeux vidéo, réinventent l’entraide et tentent de façonner les contours d’un monde plus juste. A découvrir dans la suite une sélection de "chances" qui donnent un nouveau visage à la philanthropie.

SOCIAL GOOD SUMMIT

À 26 ans, Pete Cashmore est le fondateur de l’un des blogs les plus populaires au monde : Mashable, devenu un véritable site d’actualité consacré aux nouvelles technologies et au monde de l’entreprise. Philanthrope, il organise chaque année le Social Good Summit, un temps de rencontre entre ingénieurs high-tech, militants et chercheurs, visant à faire émerger de nouvelles solutions aux grands défis de notre temps.



LA SOLIDARITÉ VERSION FACEBOOK

Avec plus de 800 millions d’inscrits, Facebook représente un terrain de jeu quasiment illimité pour les développeurs d’applications solidaires. La plateforme en accueille des milliers, qui bénéficient aux organisations caritatives. Facebook s’engage aussi plus directement, avec notamment la mise en place d’un service de prévention du suicide, permettant de repérer les utilisateurs aux publications équivoques et d’entrer en contact avec eux.



CAUSES

170 millions de membres, 40 millions de dollars récoltés… Ce sont les jolis scores de Causes, un site qui permet à chacun de faire connaître une cause et de récolter de l’argent, grâce aux réseaux sociaux. Cofondée par Sean Parker, créateur de Napster et célèbre investisseur de Facebook, l’entreprise prend un « pourboire » de 10 à 20 % sur chaque don. De la philanthropie rentable.

GOOGLE.ORG

Google.com a un petit frère, certes moins célèbre, mais tout aussi performant : Google.org. Cette branche philanthropique a attribué pas moins de 115 millions de dollars de dons en 2011. Parmi ses causes favorites, l’éducation des jeunes filles, la lutte contre l’esclavage, l’enseignement des sciences et bien sûr… celui des nouvelles technologies.



RÉSEAUX D’EXPERTS POUR START-UP SOLIDAIRES
 

Les grandes entreprises high-tech ne se contentent pas d’aider les jeunes entrepreneurs sociaux à l’aide d’espèces sonnantes et trébuchantes. Elles mettent aussi à leur disposition des experts, qui les conseillent et les guident. « Le soutien du secteur privé peut se traduire par du mécénat de compétences et la mise à disposition d’infrastructures », explique Laurent Guérin, co-auteur du livre Les Grandes Entreprises et la base de la pyramide (Presses des Mines, 2012). SFR accompagne ainsi de nombreux jeunes talents du social business : « Les entrepreneurs sociaux que nous soutenons sont très preneurs de mises en relation. Nous sommes aussi parfois pour eux une plateforme de tests à grande échelle de leur service, comme dans le cas de Mailforgood ou d’Adit event », précise Antonella Desneux, directrice de la Citoyenneté et secrétaire générale du Développement durable chez SFR. Justement, pour Ismaël Le Mouël, fondateur de Mailforgood, « les grandes entreprises peuvent apporter beaucoup plus qu’un financement, notamment en terme de networking, de crédibilité, et surtout de scalabilité ! » Selon Laurent Guérin, les entreprises sociales « ne partent donc pas seulement avec des handicaps, mais aussi avec des atouts extraordinaires. Ce sont des projets enthousiasmants qui ne laissent personne indifférent : les portes s’ouvrent facilement. » Et même plus, les collaborateurs suivent. « Sur le programme de téléphonie solidaire que nous avons développé avec Emmaüs Défi, quatre-vingts collaborateurs se sont impliqués », conclut Antonella Desneux.

 

> Retrouvez cet article dans le numéro 8 de SFR PLAYER spécial "Faisons du numérique une chance"
> Retrouvez plus de chances sur le blog "Faisons du numérique une chance" et sur le fil Twitter @ChanceNumerique