[Tendance] Success-story "charity: water" la vague des microdons

visuel-charity-600x335
Le 02 / 05 / 12 | Posté par Mickael Soria
[Tendance] Success-story "charity: water" la vague des microdons

"Charity: water" est l'une des ONG les plus emblématiques du moment. Conçue comme une plateforme de microdons destinée à promouvoir l’accès à l’eau dans les pays en voie de développement, son succès est sans précédent. Un de ses points forts ? Le web, qui est au cœur de sa stratégie de collecte – les dons se font en ligne -, de mobilisation – avec une présence forte sur les réseaux sociaux – et de reporting – avec des outils web qui permettent aux donateurs de savoir exactement où va leur argent. Le point avec Jonna Davis, chargée de programmes eau.
 

Quelle est l’histoire de cette success-story ?

charity: water a été fondé en 2006, par Scott Harrison. Il était promoteur dans des clubs à New York jusqu’au jour où il est parti sur un Mercy Ship sur les côtes du Libéria, un bateau qui amène des soins de santé dans le monde. Il s’est rendu compte que l’élément central qui sous-tendait tous les problèmes de santé était l’accès à l’eau. A son retour, il s’est mis à la recherche de fonds : pour son anniversaire, il a demandé à ses amis de contribuer à la construction d’un puits, et les a ensuite informé régulièrement des avancées. Ca a été un succès.

L'essentiel de votre  plateforme en ligne ?

Vous pouvez faire des dons et contribuer au travail de nos partenaires sur le terrain dans le domaine de l’eau à qui nous faisons confiance car nous partons du principe que nous sommes des agnostiques quant aux solutions qu’il faut mettre en place. Notre particularité est la plateforme mycharity: water qui permet à des individus de prendre en charge une collecte de fonds de manière créative, en demandant par exemple à leurs amis de donner pour un marathon ou pour leur anniversaire. Nous avons 200 000 donateurs et touchons 2.5 millions de personnes dans 19 pays, bientôt 21. Nous espérons en atteindre 100 millions en 2020.

Pourquoi avoir choisi un modèle de microdons ?

Nous voulions toucher un segment de la population pas habituellement au fait des enjeux de développement et palier les doutes que certains ont sur l’utilisation de leurs dons. Nous racontons une histoire très simple : l’accès à l’eau change tout, de la santé, à l’éducation, aux droits des femmes. Notre valeur ajoutée est que nous relions les donateurs aux projets qu’ils financent – auxquels nous reversons 100% des dons – de manière directe et transparente. Ce retour dont bénéficient nos donateurs est primordial.

Quels sont les enjeux qui vous attendent ?

Nous devons bien gérer notre croissance et nous le faisons en nous centrons de plus en plus sur les coûts du cycle de vie d’un projet afin de savoir quels en sont les coûts sur le long terme et sur qui ils retombent. Par exemple, il ne suffit pas de se demander combien coûte la construction d’un puits, il faut s’assurer qu’il fonctionnera sur le long terme. Un tiers des puits construits par les agences de développement ne fonctionnent pas. Ce sont des coûts qui existent et qui n’ont pas été prévus à l’avance.

Des progrès ont-ils été faits dans la gestion mondiale des défis de l’eau ?

Oui. Par exemple, la Banque Mondiale a cartographié les points d’eau au Libéria et bientôt au Sierra Leone. C’est une information vitale car si on ne sait pas où sont ces points d’eau on ne peut pas identifier les besoins et les failles. C’est un gros pas en avant et je pense que ça va continuer.

 

Anita Kirpalani, journaliste à Youphil.com