[Players] Un coin de ton bureau contre un bout de mes idées

visuel-pisani-600X335
Le 29 / 03 / 12 | Posté par Francis Pisani
[Players] Un coin de ton bureau contre un bout de mes idées

A Recife, dans le nord-est du Brésil, le Porto Digital a fait de cette vieille ville décrépie le troisième pôle technologique du pays. Les entreprises affluent, les startups se multiplient, les incubateurs font ce qu'ils peuvent. Mais il n'y a pas de véritable espace de co-working, d'endroits où développeurs, entrepreneurs et activistes se rencontrent pour bosser, échanger des idées, rêver de créer ensemble le prochain Facebook, tirer des plans sur la comète.

Le fabuleux travail lancé en 1996 par un groupe de professeurs d'informatique pour que leurs élèves les plus doués restent sur place au lieu de se disperser en quête de meilleurs salaires et de jobs plus intéressants a reposé depuis le départ sur une forte alliance universités-entreprises, vite renforcée par le soutien de l'administration publique. C'est super pour créer des emplois (le Porto Digital compte maintenant avec 200 entreprises qui font travailler plus de 6500 personnes) mais c'est insuffisant pour encourager l'innovation.

C'est ce que semble avoir senti Lucas Marinho en lançant DeskAndCoffee.com une idée un peu dingue et bien intéressante : inviter les entreprises à céder pour une journée un coin de bureau à des jeunes en quête d'un espace et d'une occasion d'échanger des idées.  

"J'avais remarqué l'isolement et le manque d'espace collaboratif," m'a-t-il expliqué. "Et comme j'ai une formation en informatique, j'ai créé un système." En fait, son idée proposée lors d'un StartupWeekend ayant eu du succès, ils s'y sont collés à plusieurs comme le veut la règle de l'organisation. C'est là qu'il a rencontré son associé, Antonio Inocencio (24 ans) qui ajoute "j'avais le même problème : pas de lieu de travail, j'étais nomade."

Quand on leur dit que pour séduisante qu'elle soit leur idée a bien peu de chances de réussir, ils se gardent de dire le contraire mais remarquent avec un sourire angélique que "si les gens ouvrent les portes de leur maison pour le couch surfing, pourquoi pas celles de l'entreprise pour le desk surfing." Une idée qui fleurit un peu partout en même temps comme en témoignent LooseCubes.com et DeskSurfing.net lancées sur des idées très voisines.

Plus que faire fortune ils veulent, avec ce projet là "changer la pratique du travail, pousser les gens à se rencontrer, encourager les visites et les rencontres". "C'est notre contribution à la communauté," insiste Lucas.

Lancé en décembre 2011 le site est encore des plus modestes. Côté offre on trouve une poignée d'entreprises démarchées par les fondateurs et un cabinet d'avocats qui a beaucoup de place. Les nomades, eux, s'inscrivent par leur compte LinkedIn ce qui permet aux entreprises de voir leur profil.

Lucas et Antonio reconnaissent n'avoir aucune idée de comment gagner de l'argent avec Desktop And Coffee et n'y consacrent guère de temps. Et pourtant ils parlent de "lancer un mouvement"...  

Je doute – comme eux – que l'entreprise ait un énorme succès mais je me suis retrouvé dans la curieuse position de leur dire au moment de les quitter qu'ils devraient y consacrer plus de temps… Ça serait tellement cool de voir les entreprises s'ouvrir aux jeunes, aux idées venues de nulle part, aux dialogues. 


En savoir plus sur Francis :

Francis Pisani

Journaliste indépendant, Francis Pisani se balade depuis septembre 2011 dans les grandes villes de la planète pour un tour du monde des innovations et des médias sociaux. Son but: découvrir les alternatives méconnues qui fleurissent un peu partout, de Johannesburg à San Francisco. Retrouvez ses pérégrinations sur son blog Winch 5.