[Tendance] Bricoler le numérique

Le 16 / 03 / 12 | Posté par Cécile Chapron
[Tendance] Bricoler le numérique

Créer ses propres appareils, modifier ceux des autres, s’approprier et détourner un logiciel… le numérique devient simple comme un jeu de construction. Même les industriels s’y mettent ! Bienvenue dans la tendance techno-bricolo.

De nouveaux outils et toute une mouvance « do-it-yourself » (DIY) ne font pas que scander « Fais-le toi-même » : en abaissant la barrière à l’entrée de la fabrique technologique, ils simplifient aussi singulièrement la création d’appareils numériques. Avec Internet, les bricoleurs en tout genre peuvent partager les plans, les logiciels et les outils nécessaires à la création de leurs propres appareils et logiciels. Une incroyable mise en commun des ressources créatives et technologiques qui rend plus accessibles la création et l’invention numérique. Des lieux dédiés fleurissent aux quatre coins du monde : « hackerspaces » (espaces dédiés à la création d’appareils faits-maison), « Fab Labs » (lieux réunissant des appareils automatisés dont les fameuses imprimantes 3D). Des pratiques qui peuvent déboucher sur des start-up, à l’image de TechShop, un atelier high-tech sur abonnement, pour inventeurs du futur. Le principe : un abonnement à 99 $, qui permet d’accéder à des équipements d’une valeur de 750 000 $… Outre les appareils, cette culture déteint désormais sur des logiciels par la mise à disposition de l’interface de programmation API (Application Programming Interface).

Tom Igoe. Tom Igoe est le co-créateur du célèbre Arduino, une carte et une plateforme de programmation open source pour fabriquer des objets intelligents plus simplement. Arduino est destiné aux artistes, aux designers, aux passionnés qui veulent créer des objets ou des environnements interactifs, si bien qu’il est devenu un outil essentiel de l’essor du mouvement DIY. Aujourd’hui il n’est pas rare de voir des enfants programmer des robots avec Arduino.

Photo de Tom Igoe
Quel est le principe fondateur d’Arduino ?

Le public a longtemps cru, à tort, que la technologie était quelque chose de très complexe, parce que ce savoir a souvent été jalousement gardé. Le principe de l’open source, pour lequel nous militons avec Arduino, consiste à rendre plus simples l’accès et la réappropriation du matériel ou des logiciels, pour les réutiliser, les modifier et les améliorer. Quand on fait quelque chose soi-même il devient plus simple, parce qu’on le contrôle. On comprend son fonctionnement, parce qu’on a fait soi-même les choix qui y ont mené. Et quand ça marche, on se rend compte que ça simplifie tout, parce qu’on peut choisir de se débarrasser des éléments accessoires et de ne garder que ce qui est vraiment nécessaire, ce à quoi on tient vraiment. arduino.cc/fr

Mark Frauenfelder. En quoi la tendance techno-bricolo modifie-t-elle notre rapport à la technologie ? Mark Frauenfelder, rédacteur en chef du magazine make (référence du DIY), cofondateur du célèbre blog Boing Boing et du site wired.com, nous donne quelques éléments de réponse.

photo de Mark Frauenfelder


 




Selon vous, que s’est-il passé ces dernières années, d’un point de vue culturel, qui puisse expliquer l’essor du mouvement « do-it-yourself », fait soi-même ?

L’une des raisons, c’est qu’Internet est devenu un outil génial pour apprendre à fabriquer ce qu’on veut soi-même. Avant Internet, si vous vouliez apprendre à faire quelque chose, il fallait aller à la bibliothèque en espérant qu’il y ait un livre sur le sujet. Maintenant vous pouvez aller sur Google et vous mettre en contact avec des gens qui peuvent vous aider. Notre travail chez Make consiste à trouver les projets les plus cools et les plus utiles et permettre à chacun de les réaliser. Car si le mouvement DIY simplifie l’accès à la technologie, il est aussi de notre devoir de rendre encore plus accessible ce mouvement.

De grandes entreprises prennent en compte ce phénomène. Microsoft, par exemple, a fait de Kinect un logiciel open source

De ce point de vue, on peut dire que le passage par l’open source a transformé un objet a priori inaccessible en plateforme plus simple d’accès à la communauté… Le grand avantage, c’est que ces entreprises profitent du travail de chercheurs et de développeurs passionnés, qui sont plus qu’heureux d’augmenter et d’améliorer les performances de leurs produits. Des développeurs indépendants mettent souvent au point des add-ons ou des logiciels périphériques qui rendent le produit de départ plus désirable.

 
Made By Hand: Searching for Meaning in a Throwaway World (« Fait à la main : à la recherche de sens dans un monde jetable », portfolio, 2010).

> Retrouvez cet article dans le n°7 de votre magazine SFR PLAYER Digitale simplicité. Le numérique en mode facile