[Tendance] Internet diminue-t-il nos facultés cognitives ?

Le 13 / 03 / 12 | Posté par Cécile Chapron
[Tendance] Internet diminue-t-il nos facultés cognitives ?

À l’occasion de la sortie en français du livre Internet rend-il bête ? de Nicholas Carr (Robert Laffont, 2011) qui traite de la dilution de notre attention due à l’usage du Net, SFR PLAYER oppose deux points de vue sur la question. Le temps de finir trois mails et quatre twitts, et de fermer nos treize onglets Internet.

OUI « LE NET ÉRODE NOTRE CAPACITÉ DE CONCENTRATION. »
Nicholas Carr, écrivain.
« Après avoir examiné des traces informatiques renseignant sur le comportement des visiteurs de deux moteurs de recherche, des chercheurs ont découvert qu’ils ne lisaient pas plus d’une ou deux pages d’un article avant de bondir vers un autre site. En effet, Internet injecte dans le contenu du médium des liens hypertextes, des pubs clignotantes et autres bidules numériques, et il entoure ce contenu avec le contenu de tous les autres médias qu’il a absorbés. Résultat : notre attention est dispersée et notre concentration devient diffuse… Notre esprit attend désormais les informations telles qu’Internet les distribue : comme un flux de particules qui s’écoule rapidement. Auparavant, on était un plongeur dans une mer de mots. Désormais, on glisse à la surface comme un pilote de jet-ski. »

NON « LE CERVEAU S’ADAPTE ET ACQUIERT DE NOUVELLES CAPACITÉS. »
Roland Jouvent, directeur du centre Émotion du CNRS, a publié en 2009 Le Cerveau magicien aux éditions Odile Jacob.
« Plus que tout autre organe, le cerveau est conçu pour évoluer en fonction de l’expérience – une fonctionnalité appelée la neuroplasticité. De même qu’il s’est adapté à l’arrivée de la radio, du cinéma, de la télévision, il se modifie sous l’effet de nos pratiques de lecture en ligne. On sait généralement que les capacités d’apprentissage sont spectaculaires chez l’enfant, mais elles peuvent l’être tout autant chez l’adulte. Selon le centre de recherche sur la mémoire et l’âge de l’université de Californie, la lecture et la navigation sur le Web utilisent le même mode de mémorisation et stimulent les mêmes centres d’activité du cerveau que la lecture sur papier. Mais la recherche sur Internet stimule également des secteurs liés à la prise de décision et au raisonnement complexe : avec l’âge, surfer sur la Toile vous aidera à entretenir et à aiguiser vos capacités cognitives, un peu comme les mots croisés. »

> Retrouvez cet article dans votre magazine SFR PLAYER n°7 Digitale simplicité. Le numérique en mode facile