[TENDANCE] Nouvelles données, nouveaux métiers ?

Le 27 / 02 / 13 | Posté par la rédaction de SFR PLAYER
[TENDANCE] Nouvelles données, nouveaux métiers ?

Selon une estimation du cabinet Gartner, le marché des data va créer quatre millions d’emplois d’ici 2015. Data-ingénieurs, développeurs éditoriaux, data openers : de nouvelles fonctions voient le jour, hybridant nos bons vieux métiers avec une dose de statistiques et d’informatique. Repérage dans une start-up, une rédaction média et une collectivité.

Data-ingénieurs

Des ingénieurs spécialistes des données dans les start-up

Vainqueur du concours de start-up organisé par l’événement LeWeb 2012, Qunb est une jeune pousse qui a le vent en poupe. L’équipe de treize personnes derrière cette plateforme d’agrégation de données profite de « la hype du big data », selon les mots de son fondateur, Cyrille Vincey. Pour tenter de devenir « le YouTube des données », des ingénieurs en informatique travaillent d’arrache-pied. Cyrille Vincey distingue deux profils recherchés par les entreprises qui se préoccupent de data : les data scientists et les data miners. Les premiers sont ingénieurs en informatique et « connaissent les technologies permettant de stocker et de récupérer des données ». Quant aux seconds, ils croisent les données pour leur donner du sens, ce sont des « statisticiens spécialisés en marketing ». Ces ingénieurs, capables de corréler de gros volumes de données, sont de plus en plus recherchés, notamment dans le domaine du e-commerce. 

Data-journalistes

Les journalistes « augmentés » des salles de rédaction

Alexandre Léchenet est l’un des rares data-journalistes français. Employé par Le Monde, ce journaliste d’un genre particulier estime que l’explosion du nombre de données disponibles publiquement et les nouveaux outils qui permettent de les exploiter « changent la façon dont le journaliste recueille, analyse et partage l’information ». Parmi les compétences requises, le métier exige de connaître « des méthodes comme le scraping (extraction de données via un script), le traitement de grands nombres d’informations et les outils de visualisation ». Pour Nicolas Kayser-Bril, data-journaliste et fondateur de Journalism++, start-up qui accompagne les rédactions vers le Web des données, « ceux qui maîtrisent ces compétences correspondent à de nouveaux profils dans les salles de rédaction : des data-journalistes, donc, ou même des développeurs éditoriaux comme en embauchent le Zeit ou le New York Times. Ces programmeurs participent réellement aux réunions éditoriales et ne sont pas mis à l’écart comme c’était le cas jusqu’à récemment. » Autrefois snobés, ces profils aptes à gérer les data semblent modifier en profondeur la structure des rédactions.

Data openers

Des  compétences nouvelles dans les administrations

« Historiquement, ce sont les géographes qui gèrent les data publiques », explique Philippe Vial, directeur des systèmes d’information de la communauté d’agglomération du Grand Lyon. Mais, aujourd’hui, avec la multiplication de la production de données et leur mise à disposition, l’enjeu principal va être la corrélation de données de provenance et de nature très diverses. Les collectivités qui cherchent à produire des résultats pertinents, à exploiter particulièrement dans le cadre de partenariats avec des entreprises pour créer de nouveaux services, sont de plus en plus à la recherche de « profils métiers très spécialisés, ayant à la fois une connaissance pointue des enjeux spécifiques dans leur domaine – urbanisme, mobilité urbaine ou énergie –, et la capacité à utiliser des outils informatiques dans le traitement des données produites », précise Philippe Vial. La maîtrise et la capacité à rendre exploitables les différents types de données publiques viennent donc enrichir la boîte à outils des corps de métiers des agglomérations.

Pour aller plus loin :

Retrouvez notre article "Données à valeur ajoutée"

Découvrez nos interviews "nouvelles activités autour de la data" avec François Bancilhon (Data Publica), Margaux Pelen (Home'n'go) et Jean-Thomas Rouzin (Web Geo Services)

Et nos interviews vidéos :

Data Publica, orfèvres de l'open data

Datavisualisation, un story-telling pour nos données

 

 

Illustration Marie-Laure Cruschi