Retour sur la soirée inaugurale de la Social Good Week

Le 13 / 12 / 13 | Posté par la rédaction de SFR
Retour sur la soirée inaugurale de la Social Good Week

Près de 250 personnes se sont réunies lundi 9 décembre  à la Gaité Lyrique, pour la conférence inaugurale de la Social Good Week. Au programme 7 interventions sur des thématiques variées pour explorer les facettes du mouvement des solidarités numériques et identifier ses axes de développement. 

Tous les intervenants se sont accordés à souligner la nécessité de créer un écosystème autour de ces projets hybrides, à la croisée de l’innovation sociale et technologique. Entrepreneurs sociaux, institutionnels, entreprises innovantes, associations et collectivités doivent œuvrer de concert pour favoriser le développement de nouveaux projets web à fort impact social. 

C’est le multi-entrepreneur social Nathan Stern qui a ouvert le bal avec un discours intitulé « les 7 péchés capitaux de la solidarité ». Fondateur de Peuplade, Voisin-Age et plus récemment Avec nos proches, Nathan a souligné les faiblesses des acteurs de la solidarité à l’heure du numérique. 

Après cet état des lieux mettant en lumière la nécessité de réinventer les modèles de l’action solidaire, Nicolas Celier, associé chez Alven Capital, a détaillé les mécanismes de financement existant pour ces acteurs du social good. Le capital-risque, bien rôdé pour ce qui est du financement des « start-ups » classiques, s’intéresse petit à petit aux entreprises du social good, hybrides, où la mission sociale compte autant que la rentabilité économique. A l’image des initiatives américaines d’impact-investing, la France se dote également de fonds, tel qu’Investir&+ qui s’attachent à financer des projets d’innovation sociale.  

La révolution numérique, si elle bouleverse petit à petit le champ de la solidarité a également modifié structurellement celui de l’activisme et de l’engagement politique. Les nouveaux outils de communication, mails, réseaux sociaux, ont modifié les mécanismes d’engagement et de manifestation. Benoit Thieulin, Président du Conseil National du Numérique, a détaillé différents exemples illustrant comment l’engagement militant et politique était chamboulé par les nouvelles technologies. 

Parce que de nombreux usages digitaux s’inscrivent aujourd’hui dans des systèmes ouverts, Tristan Nitot, evangéliste de Mozilla et fondateur de Mozilla Europe, était également de la partie. Il est revenu sur l’histoire du navigateur Firefox, développé en open-source, qui rivalise aisément avec les géants Microsoft ou Google.   

La fin de soirée s'est terminée par deux interventions américaines. Casey Rotter, fondatrice de UNICEF NextGen et venue spécialement des USA, est montée sur scène nous raconter l'histoire et les étapes de développement de son projet : la valorisation auprès de l’UNICEF et la « bataille » dans la mise en œuvre.

Après avoir constaté l’âge moyen de 63 ans des donateurs UNICEF, elle créé UNICEF NextGen, un programme dédié à l’engagement solidaire des 20-40 ans. Transparence, interactivité, instantanéité, communication digitale exclusivement, le programme a permis de fédérer des centaines de jeunes qui s’engagent avec l’ONG  et a collecté 3,5 millions d’euros en quelques années.

Pour clore cette soirée, nous avons eu l’honneur d’accueillir Aaron Sherinian, Vice-President de la Fondation des Nations Unies. Il a mis en lumière la portée et l’impact global de ce mouvement des solidarités numériques. 

Car la Social Good Week ne s’arrête pas à nos frontières, mais s’inscrit dans un réseau mondial, +SocialGood qui rassemble les innovateurs aux quatre coins du monde.

 

Ismaël Le Moël, Président – Fondateur de Hello-Asso / Co-fondateur de Mailforgood

ZOOM SUR


RSE 2013

ALLER PLUS LOIN

ARPEJEH

Passeport Avenir

ET AUSSI

 

  • Découvrez le serious game